Image : Logo HB Antwerp

La société diamantaire HB Antwerp souhaite former et recruter quatre-vingts tailleurs de diamants au cours des deux prochaines années. À cette fin, elle met en place son propre centre de formation.

HB Antwerp est située dans le quartier diamantaire. Elle emploie 85 personnes et taille des diamants pour la marque de luxe Louis Vuitton, entre autres.

Nous allons former ces personnes nous-mêmes“, déclare Margaux Donckier, porte-parole. “Il existe une formation à la taille du diamant à Anvers, mais elle est organisée à des moments irréguliers. Cela n’arrive que lorsque différentes entreprises veulent recruter des tailleurs à la même période. Nous ne pouvons pas attendre cela, c’est pourquoi nous créons notre propre centre de formation. Nous commencerons en septembre. Une formation de base dure douze semaines à chaque fois.

Aucun diplôme requis

Tout le monde peut postuler. Un diplôme n’est pas requis. “Il y a cependant un test de sélection rigoureux, qui évalue les compétences techniques et la compréhension mathématique“, précise Margaux Donckier. “Dans la première série, nous allons former huit personnes. Nous voulons organiser la formation trois fois par an. À partir de 2023, seize candidats seront admis par session. Ceux qui réussiront se verront automatiquement proposer un emploi chez nous.

Simon Rubbrecht a déjà suivi une série de cours de douze semaines. Il a participé à la formation générale organisée conjointement par plusieurs entreprises. “La semaine prochaine, je commence à travailler chez HB Antwerp“, explique Simon. “C’est d’abord une formation professionnelle individuelle de six mois. Si tout se passe bien, je serai embauché définitivement. Je connais le secteur du diamant depuis plusieurs années, mais en tant qu’agent de sécurité pour Securitas. Je faisais la surveillance dans le quartier des diamantaires. En raison du corona, ce n’était plus nécessaire car les gens travaillaient à domicile. J’ai donc fini par être agent de sécurité dans un supermarché, puis dans le port. Mais j’avais envie de faire autre chose. Quand j’ai appris qu’une formation pour les tailleurs de diamants était organisée, je me suis immédiatement inscrit“, raconte Simon.

Donner de l’éclat au diamant

Le natif de Hoboken (Anvers) ne regrette pas son choix. “Je n’avais jamais tenu un diamant avant cette formation. Mais au cours des trois derniers mois, j’ai appris énormément de choses“, déclare Simon. “Par exemple, j’ai regardé un diamant au microscope et j’ai appris à quoi il ressemble à l’intérieur et comment il est taillé. En tant que tailleur de diamants, je dois faire briller un diamant. Cela lui donne plus d’éclat. Il s’agit d’un travail de grande précision. Tout doit être bien fini et symétriquement. Il faut avoir un bon œil et beaucoup de patience. En fait, je suis tout le temps en train de bricoler, c’est ce que j’aime faire“.

Concurrence avec l’Inde

Pourquoi HB Antwerp recrute-t-il soudainement autant de tailleurs? “Parce que nous connaissons une forte croissance“, répond Margaux Donckier. ” Aujourd’hui, la plupart des diamants bruts sont taillés en Inde, car le coût de la main-d’œuvre y est moins élevé. Nos machines de taille sophistiquées nous permettent désormais de concurrencer l’Inde. Pour faire fonctionner ces machines à tailler, nous avons besoin de tailleurs. En outre, les clients asiatiques et américains, par exemple, attachent une grande importance au fait qu’un diamant soit entièrement fabriqué à Anvers. Tout comme les montres, pour un certain public, doivent provenir de Suisse et les chaussures d’Italie.

HB Antwerp va également former des planificateurs de diamants. Il s’agit de personnes qui déterminent combien de diamants peuvent être extraits d’une pierre brute donnée. “Pour ces postes, nous visons principalement les ingénieurs et les personnes ayant une formation technique“, précise Margaux Donckier.

L’entreprise organisera également des cours pour les bijoutiers, afin qu’ils puissent mieux répondre aux questions de leurs clients sur les diamants.

Éloge du maire De Wever

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA), se réjouit du centre de formation de HB Antwerp. “L’afflux des quelques formations en diamant qui restaient à Anvers se tarit. C’était une histoire sans lendemain. HB Anvers est en train d’inverser cette tendance“, dit-il.

En 1914, Gazet van Antwerpen écrivait dans un article qu’il vaut mieux maîtriser un savoir-faire que de se lancer dans les affaires. Je pense que c’est encore vrai aujourd’hui. Les bons artisans, comme les tailleurs de diamants, trouvent toujours du travail.