«Les leçons que j’ai apprises en faisant des affaires au Japon m’ont été utiles lors de mes vacances de pêche à Renous et sa région»

Comme vous pouvez le lire ailleurs sur ce site, Sylvain Goldberg a été très actif en Extrême-Orient, plus précisément au Japon. Il y a appris la valeur et l’importance de la recherche de la perfection, dans la culture japonaise traditionnelle. Mais il y a une autre facette de la culture japonaise qui a également fortement influencé Sylvain Goldberg; en particulier ce que la culture japonaise lui a appris sur la valeur et l’importance de la patience. Dans notre culture occidentale, nous voulons de plus en plus d ‘«immédiateté», mais la patience est le fait de réaliser que certaines choses nécessitent un processus plus long et que vous ne pouvez pas toujours précipiter ce processus.

Comme Sylvain l’a souligné lors de sa première visite à Renous en 2017, il s’agit de l’un des plus beaux endroits au monde pour la pêche au saumon sauvage. Ce qui a frappé Sylvain, c’est une des premières phrases que Jean-Jacques Renous, son guide lors des sorties de pêche, lui disait: «La pêche dans cette rivière est une affaire d’air pur, d’eau claire, de patience et de quiétude».

La pêche à Renous (New Brunswick) demande de la patience

«En fait, je ne connais pas grand chose à la pêche au saumon, sauf que vous avez vraiment besoin de beaucoup de patience. Mon guide, qui adore clairement la pêche, est un homme très patient. Parfois, j’ai été surpris par sa volonté de rester sur l’eau pendant de nombreuses heures. Il n’a tout simplement jamais abandonné, pas même après que nous n’avions rien attrapé depuis quelques heures.

En plus des techniques de pêche, j’ai appris quelques leçons spirituelles de Jean Jacques Renous, tel que l’appréciation de la vie sur l’eau et de la belle nature environnante de Renous. L’appréciation des grands espaces et l’adaptation de sa propre vie au rythme et à la bienveillance de la nature ont été un thème récurrent dans les histoires qu’il m’a raconté sur le bateau et le soir à table.»

La première journée de pêche à Renous (Canada) était glacée et nous étions complètement trempés

C’était en fait une journée quelque peu désagréable. Le vent soufflait fort et la pluie tombait sur Renous depuis plusieurs Renous guesthouseheures. Ils se mirent à pêcher ce jour-là à 9 heures, mais Sylvain Goldberg était réveillé depuis cinq heures et demie, à cause du décalage horaire et du tic-toc de la pluie sur le toit de la guesthouse où il séjournait

«Je suis certain que des poissons nageaient près de notre bateau, mais il nous était très difficile de voir quoi que ce soit dans cette eau turbulente. Après 2 heures de bateau, nous étions complètement trempés et nous n’avions toujours pas attrapé de saumon. Peu de temps après, une violente tempête s’est approchée à partir du sud. Pendant un moment, nous avons envisagé de rester sur la rivière, mais au final, la tempête nous a semblé trop intense. Nous sommes donc rentrés à Renous, sous cette très forte averse. De retour à la guesthouse, nous nous sommes séchés et avons décidé de déjeuner. Après le déjeuner, il semblait que nous avions une deuxième chance d’aller à la pêche, car le ciel s’était éclairci. Nous avons donc décidé de l’essayer et nous avons remonté la rivière aux endroits où Jean Jacques Renous s’attendait à ce que nous trouvions beaucoup de saumon sauvage. En cours de route, nous nous sommes malheureusement retrouvés dans une nouvelle tempête. Nous sommes restés sur la rivière quand même, car après tout je ne restait à Renous que pendant 4 jours. Il me semblait que nous étions le seul bateau de pêche à rester sur l’eau cet après-midi là.»

Un tel excursion, en pleine tempête, sur un bateau de pêche comme celui de Jean Jacques Renous n’est probablement pas fait pour tout le monde. Il est physiquement exigeant, nécessite de fonctionner dans des éléments durs et des règles strictes s’appliquent. Mais le principe de la pêche au saumon sauvage est simple: lorsque le saumon est en mouvement, le pêcheur doit également l’être, ce qui peut signifier des heures sans s’asseoir, tout en endurant de fortes pluies. Mais c’est comme ça que l’on apprend à bien se connaitre. Imaginez tout simplement que vous et quelques uns de vos amis décidiez d’aller pêcher ensemble pendant quelques jours, debout ensemble sur l’espace limité du pont d’un bateau de pêche typique de Renous. Bien que je n’aie jamais été un grand fan de ce genre de films, cela me rappelait parfois les vieux westerns. À bord, il fallait être dur, tout comme les cow-boys dans ces films. Être toujours conscient de son environnement pour s’assurer que tout le monde soit en sécurité et que le saumon soit pêché sans incident.

Que devriez-vous prendre avec vous lorsque vous allez pêcher à Renous (New Brunswick – Canada)?

Jean Jacques me demande d’inclure les informations suivantes dans mon rapport de voyage. Lorsque vous planifiez une sortie de pêche à Renous, vous devez vous munir de certains éléments pour bien vous préparer à la confrontation à la, parfois rude, nature. Vous pouvez louer ou acheter votre matériel de pêche, vos appâts, votre équipement et votre eau en bouteille (+ équipement de pluie sur demande) sur place, mais je vous recommande de vous munir de certaines choses:

– Lunettes de soleil

– Crème solaire

– Chaussettes épaisses (quelques paires supplémentaires sont une bonne idée)

– Pantalons chauds

– T-shirts

– Chemises à manches longues

– Veste assez chaude (il peut faire très froid sur un bateau de pêche!)

– Veste coupe-vent

– Chaussures imperméables

– Baume à lèvres hydratant, parce que si vous vous bravez la nature sur le pont d’un bateau, vos lèvres vont certainement souffrir du vent et des intempéries

Encore quelques pensées à propos de l’illustre patience japonaise

La patience japonaise bien connue commence par les valeurs que les enfants apprennent à la maternelle:

  • autodiscipline
  • collaboration
  • respect

Par exemple, il n’est pas rare que les jardins d’enfants japonais organisent des représentations de plus de 100 enfants.spectacle enfants Japon Tandis qu’un groupe de bambins japonais joue d’un instrument, un autre reste immobile et l’écoute. Ceux qui écoutent pratiquent ainsi patience et retenue dès leur plus jeune âge.

Avance rapide vers la vie adulte au Japon. La population japonaise vit généralement dans des villes densément peuplées, où les gens apprennent très vite qu’ils doivent attendre pour obtenir quoi que ce soit. Après de nombreuses années d’apprentissage de ce comportement – faire preuve de respect pour le groupe en attendant tranquillement – le résultat final est une habitude culturelle qui persiste en toutes circonstances.

C’est peut-être un peu une généralisation, mais je ne pense pas que je ne me trompe pas trop lorsque j’écris que les entrepreneurs sont communément impatients. Dans notre monde au rythme rapide, l’impatience est un sous-produit courant de la mentalité entrepreneuriale.

Avant d’aller au Japon, j’avais aussi tendance à évaluer toutes sortes de situations le plus rapidement possible. Dans le meilleur des cas, ce jugement rapide m’a permis de comprendre prestement une situation et de tracer une voie à suivre. Dans le pire des cas, toutefois, ce processus rapide a parfois créé un fossé entre moi et les personnes avec lesquelles je travaillais. Ce syndrome de la gâchette facile n’est que trop commun parmi les entrepreneurs et, bien qu’il conduise parfois à une itération et à une croissance rapides, il génère souvent des problèmes.

Dans mon expérience, la conclusion rapide à laquelle j’avais abouti s’avérait souvent moins solide, que je le pensais au départ. Parfois, je passais ainsi à côté de détails critiques, d’implications ou d’opportunités. Parfois, je devenais impatient et je m’aliénais les personnes avec qui je collaborais.

“L’impatience, c’est l’auto-sabotage”

Lorsque vous arrivez à une conclusion hâtive, vous créez une chronologie artificielle dans votre esprit. Lorsque des personnes, ou des développements, ne parviennent pas à s’adapter à cette chronologie, votre esprit peut soudainement filer dans tous les sens. Vous commencez à remettre en question les motivations et les intentions des personnes avec lesquelles vous faites affaire et vous proposez des ultimatums qui ne sont pas toujours perçus comme raisonnables.

Comment mes leçons de vie au Japon ont trouvé un parallèle pendant mes vacances de pêche à Renous

Une chose dont je suis sûr entre-temps, c’est qu’aucune valeur durable dans ce monde ne vous vient naturellement ou facilement. En fait, tout ce qui a de la valeur nécessite un certain temps, qu’il s’agisse de développer une compétence, d’établir une relation ou de démarrer/développer une entreprise. Bien que les entrepreneurs comme moi adorent simplifier les choses autant que possible, la vérité est que le monde est un environnement complexe, plein de nuances. Et ce monde ne bouge généralement pas au même rythme que vos propres pensées.

En tant qu’entrepreneur ou de pêcheur à Renous, vous vivez dans un monde qui adore les idées rapides et les initiatives dynamiques. Il n’y a rien de mal à cela en soi. Cependant, si vous laissez ces attributs se manifester sous forme d’impatience, ou ils vous empêchent de prendre suffisamment en compte les conditions environnementales changeantes, des problèmes se poseront. Qu’il s’agisse de la disruption numérique, d’une guerre commerciale dans le monde des affaires ou de fortes pluies et d’un orage lorsque vous allez pêcher à Renous. Aussi difficile que cela puisse parfois être, en tant qu’être humain, il ne faut jamais oublier que la patience est vraiment une vertu.

Renous riviere

“Renous, l’un des endroits les plus relaxants que je connaisse”

Sylvain Goldberg

Lisez ici un article détaillant ma visite précédente à Remous.