Les modèles commerciaux circulaires qui encouragent la réutilisation des déchets et des matériaux peuvent apporter des avantages environnementaux, sociaux et de réputation à l’industrie.

Les consommateurs d’aujourd’hui exigent authenticité et transparence, surtout lorsqu’ils achètent quelque chose d’aussi significatif et précieux que des diamants naturels. Cependant, l’industrie reste entachée d’une réputation de pratiques éthiques douteuses, malgré une réglementation stricte.

Le conflit entre cette image souillée de l’industrie et les belles pierres brillantes qu’elle produit rend difficile le changement des perceptions – surtout parmi les jeunes segments de consommateurs. Pourtant, la transparence reste un élément essentiel pour débloquer la valeur, renforcer la position sur le marché et améliorer la rapidité et la précision des décisions des entreprises. Cela est particulièrement pertinent en période de perturbations, comme c’est le cas actuellement avec la pandémie du Covid-19.

Un moyen efficace de restaurer la réputation de l’industrie est de mettre en œuvre la circularité – à savoir des modèles commerciaux circulaires axés sur la durabilité qui créent de la valeur tout en minimisant l’impact environnemental et social. Cette approche exige des sociétés d’extraction et des fabricants de diamants qu’ils mesurent l’efficacité de leurs matériaux et de leurs procédés afin de réduire les flux de “déchets” linéaires et de maximiser les flux circulaires de récupération.

Ne gaspillez pas, ne revendiquez pas. Un principe de base des modèles commerciaux circulaires.

Dans les écosystèmes naturels, d’où proviennent les diamants, les déchets et la pollution n’existent pas. Les déchets, tels que nous les connaissons aujourd’hui, sont un sous-produit de l’industrialisation, dont nous devons inévitablement traiter les traces. Elle se présente également sous de nombreuses formes.

Selon un rapport de 2019 commandé par la Diamond Producers Association (DPA) et publié par Trucost ESG Analysis, les activités des entreprises qui composaient la DPA en 2016 ont émis en moyenne 160 kilogrammes de dioxyde de carbone (CO2) par carat de diamant taillé produit cette année-là.

Ce chiffre – comparable aux émissions de CO2 générées par un trajet de 628 kilomètres dans une voiture moyenne – est supérieur à la quantité rejetée lors de la production de nombreux biens de consommation. Par exemple, elle est supérieure aux émissions associées à la production d’un Apple MacBook Air de 13 pouces et 128 gigaoctets. En outre, l’évaluation ne tient pas compte des émissions provenant de tous les processus indirects impliqués dans la production d’un carat de diamants taillés, tels que l’exploration, la fermeture des mines, la taille et la taille des diamants, la vente au détail et le cycle de vie après la vente.

Le passage à une infrastructure d’énergie renouvelable peut inverser cette tendance, en assurant à l’industrie des sources d’énergie naturelles circulaires tout en minimisant sa dépendance au pétrole. Les processus de production de diamants qui dépendent de l’eau, par exemple, peuvent bénéficier d’un système en boucle fermée qui réutilise la ressource, protégeant ainsi les réserves dans les zones où les approvisionnements sont rares. Ces systèmes peuvent être appliqués aussi bien dans les mines que dans les usines où les diamants sont traités. Une approche similaire est nécessaire pour traiter les déchets industriels générés par la production de diamants – y compris les matériaux de construction et les machines mises au rebut – ainsi que les émissions dans l’air, le sol et les ressources en eau causées par les activités sur site telles que le transport et l’incinération des déchets.

Les modèles commerciaux circulaires constituent un enjeu important

La roche est de loin la plus grande source de déchets dans les opérations d’extraction de diamants. Le rapport Trucost a révélé que les exploitations minières de diamants membres de la DPA ont produit en moyenne 4.350 kilogrammes de résidus rocheux pour 1 carat de diamant taillé en 2016. Cela représentait plus de 99% de tous les déchets en poids.

Pour créer une chaîne de valeur circulaire, les résidus de roches doivent être réutilisés lors des efforts de réhabilitation d’une mine afin d’éviter des traînées de déchets encore plus importantes. Cela est essentiel pour réduire les impacts négatifs sur le site et l’environnement. Les programmes locaux de conservation des terres sont importants pour la faune et la flore et pour l’homme. La régénération et la restauration des écosystèmes naturels après la fermeture des mines sont des actions circulaires essentielles pour la restauration de la biodiversité.

Les entreprises de diamants naturels doivent tenir compte de la manière dont les richesses tirées des diamants contribuent à toutes les parties prenantes, y compris les communautés locales et les écosystèmes naturels.

“Ce que les entreprises font avec les recettes reflète ce qu’elles sont réellement.”

En outre, l’industrie dans son ensemble doit réfléchir à son évolution, en particulier au moment où les diamants deviennent trop difficiles et trop chers à extraire. Il est également important que l’industrie réfléchisse à la manière dont elle peut continuer à créer de la valeur et des avantages pour les millions de personnes qui dépendent d’elle dans le monde.

La circularité est basée sur une meilleure conception et une planification à long terme. Il s’agit de développer un système de régénération dans lequel les déchets des processus ou des matériaux peuvent être utilisés plutôt que rejetés. Cependant, les principes de l’économie circulaire peuvent également être développés autour de la revente et de la retaille des diamants. Cela permettrait d’élargir la gamme de produits diamantaires, ce qui favoriserait l’interopérabilité et la réutilisation.

De tels modèles commerciaux circulaires génèrent une fidélité des consommateurs et une grande force d’attraction. Dans le même temps, elles créent de nouveaux canaux de profit et contribuent à assurer la continuité de l’industrie tout en protégeant les ressources dont elle dépend.