image: 4c –  Gemological Institute of America (GIA)

Les “5C et 2T” peuvent ne pas sembler aussi simples à manier que la formule habituelle des 4C, mais il s’agirait peut être d’une meilleure méthode de tarification, selon certains.

L’une des idées fausses les plus répandues est qu’il n’existe que quatre facteurs de prix des diamants: la couleur, la pureté, la taille et le poids en carats“, explique Renée Newman, une gemmologue diplômée qui a publié la troisième édition de son Diamond Handbook l’année dernière. “En fait, il existe d’autres facteurs tels que la transparence et le statut du traitement. Ils peuvent avoir un impact majeur sur le prix. Nous le savons peut-être, mais les consommateurs l’ignorent, car ils n’entendent parler que des 4C.

La transparence est importante

Le Gemological Institute of America (GIA) a mis au point les 4C dans les années 50, lorsque l’industrie considérait les diamants ‘flous’ comme une qualité industrielle et ne les incorporait pas dans les bijoux, explique le manuel. Les bijoutiers utilisent aujourd’hui des diamants troubles et flous, mais leur pureté ne reflète souvent pas leur transparence inférieure, bien que cette caractéristique puisse affecter la valeur des pierres.

Newman distingue la pureté – l’absence d’inclusions et d’autres imperfections – du premier ‘T’ (transparence) du passage de la lumière. Bien qu’un diamant très brillant ne comporte que peu ou pas d’inclusions, une pierre est transparente si l’observateur peut voir clairement à travers la pierre. De nombreux laboratoires ne prennent pas en compte les différences subtiles de transparence, écrit Newman. “J’ai vu des diamants flous et légèrement troubles avec des degrés de pureté VS“, note-t-elle dans le livre.

Comment traiter les traitements

Newman explique que très peu de diamants traités étaient sur le marché lors de la création des 4C. La plupart des diamants ne sont toujours pas traités, mais il s’agit d’une minorité en croissance, car les vendeurs souhaitent améliorer la couleur, la clarté et la transparence des pierres.

Ce second ‘T’ est important car il influence énormément le prix. Selon Newman, un diamant de pureté de 1 carat, fancy green, VS  vaut souvent plus de 200.000 USD, contre environ 5.000 USD pour un diamant irradié, aux propriétés par ailleurs identiques. Les diamants traités sont également beaucoup plus difficiles à revendre.

Un cinquième ‘C’ – et un sixième?

4C diamond ring buying guideLa partie ‘taille’ des 4C doit être divisée en deux catégories distinctes, fait-elle valoir. Dans les années 50, le commerce ne faisaient aucune distinction entre la forme et la qualité de la taille lors de la détermination des prix. Donc, peu importait que le même terme fasse référence à deux choses différentes. Le style et la forme de la taille sont un facteur de prix bien défini par rapport à la qualité de la taille, de nombreux laboratoires indiquant un chiffre spécifique pour cette dernière, note-t-elle.

Entre-temps, l’intérêt croissant pour les diamants de laboratoire a amené Newman à envisager un huitième critère pour l’édition révisée de l’un de ses autres livres destiné aux consommateurs.

J’ai omis un ‘C’ que je vais ajouter lorsque je rééditerai mon ‘Diamond Ring Buying Guide’, et c’est le créateur. Ce créateur est-il machinal ou naturel?

Difficile de changer

Newman n’essaie pas d’amener les diamantaires à abandonner leurs 4C, car le système est tellement enraciné. Mais ils doivent être conscients des éléments supplémentaires qui influencent la valeur d’un diamant. C’est pourquoi elle insiste sur les 5C et les 2T dans son manuel.

Ils ne peuvent pas simplement changer toutes les publicités et tout le matériel dont ils disposent. Je ne m’attends donc pas à ce que les gens écartent les 4C. Mais je m’attends à ce qu’ils comprennent tous les facteurs de prix“, conclut-elle.