Tiffany & Co. voit son activité rebondir au cours du troisième trimestre fiscal, grâce à la croissance des ventes du commerce électronique et à une forte reprise en Chine.

Le bénéfice d’exploitation a augmenté de 25% par rapport à l’année précédente en août et en septembre, bien que les ventes du groupe aient légèrement diminué, selon le joaillier new-yorkais.

Bien que nous nous attendions toujours à ce que les résultats de l’année entière soient fortement influencés par Covid-19, nous sommes très satisfaits de la façon dont les affaires ont rebondi après le premier trimestre et continueront de le faire au troisième trimestre, en particulier en Chine continentale, et se redresseront aux États-Unis“, a déclaré le PDG Alessandro Bogliolo. La tendance positive des ventes s’est poursuivie en octobre, a ajouté la société.

Les ventes mondiales de commerce électronique ont presque doublé au cours de la période de deux mois, tandis que la Chine est restée “extrêmement forte“. Pendant ce temps, les ventes de Tiffany aux États-Unis ont chuté à un taux à deux chiffres, ce qui représente une amélioration consécutive depuis le mois de mai, dans un contexte de baisse spectaculaire du tourisme cette année, a expliqué Tiffany.

Tiffany s’attend à ce que les ventes mondiales diminuent d’un pourcentage à un chiffre au quatrième trimestre, mais à ce que le résultat d’exploitation augmente d’un pourcentage similaire. La société publiera l’intégralité des résultats du troisième trimestre à la fin du mois de novembre.

Le joaillier new-yorkais est engagé dans une bataille juridique avec LVMH concernant l’annulation de l’accord d’acquisition de 16 milliards de dollars du groupe de luxe français. LVMH a accusé Tiffany de mauvaise gestion pendant la pandémie de Covid-19, et prévoit de faire valoir au tribunal que cela a eu un “effet négatif important” qui a permis à l’acheteur de rompre le contrat.

Tiffany aurait répondu aux allégations de LVMH cette semaine, contrebalançant le fait “qu’aucune clause d’annulation en cas de pandémie n’a jamais été citée au cours des négociations“, selon les documents de Tiffany, à en croire Forbes. “Le dossier de LVMH est voué à l’échec, et LVMH le sait“, ajoute Tiffany à la veille du procès prévu début janvier.