LVMH a déposé une contre-poursuite contre Tiffany & Co, revendiquant un droit légal de se retirer de son engagement en raison de Covid-19 et de la “mauvaise gestion” de la crise par le bijoutier américain.

La pandémie constitue un “effet négatif important” qui permet à LVMH de revenir sur l’accord de rachat de 16 milliards de dollars, a fait valoir LVMH. La période catastrophique aura des effets graves et à long terme sur Tiffany, a ajouté la société française.

Tiffany a bafoué son obligation d’opérer dans le cours normal des affaires pendant la pandémie, par exemple en payant le maximum de dividendes aux actionnaires tout en subissant des pertes, a allégué LVMH. Le groupe de luxe a également introduit un argument clé dans la bataille: Dans la convention de reprise, Tiffany a omis d’exclure une pandémie des scénarios selon lesquels LVMH pourrait se retirer de l’opération. Ces clauses, connues sous le nom de “carve-outs”, étaient déjà courantes avant Covid-19, a souligné LVMH.

“Des centaines d’autres accords de fusion signés au cours de la décennie précédant l’accord LVMH-Tiffany contenaient des clauses d’exclusion expresses en cas de pandémie ou d’épidémie”, a fait valoir LVMH. “La pandémie, dont les effets sont dévastateurs et durables pour Tiffany, a irréfutablement causé un effet négatif important“.

Cette décision est la dernière phase d’un conflit public entre les deux détaillants au sujet de l’accord avorté. Tiffany a poursuivi LVMH au début du mois devant la Chancery Court du Delaware pour l’obliger à poursuivre la reprise.

LVMH s’est initialement retiré de l’acquisition le 9 septembre, en affirmant que le gouvernement français lui avait demandé de retarder la transaction jusqu’à la fin du délai, tuant ainsi l’accord.

Tiffany a déclaré que LVMH tentait de bloquer l’opération afin de renégocier un prix inférieur et a poursuivi son sparring-partner dans le Delaware dans une affaire dont le procès doit avoir lieu en janvier.

Les arguments spécieux de LVMH sont une nouvelle tentative flagrante de se soustraire à son obligation contractuelle de payer le prix convenu pour Tiffany“, a déclaré Roger Farah, président de Tiffany, dans une réponse. “Tiffany a agi en pleine conformité avec l’accord de fusion, et nous sommes convaincus que le tribunal sera d’accord lors du procès“.