Les revenus de De Beers ont continué à augmenter grâce aux ventes de diamants bruts en août, car la demande de diamants dans les principaux centres de vente au détail s’est maintenue, a indiqué le minier cette semaine.

Les recettes du septième cycle de vente de l’année se sont élevées à 515 millions de dollars, soit le montant le plus élevé depuis février, a indiqué la société mercredi. Ce chiffre est supérieur de 54% à celui de la même période en 2020, lorsque la crise du Covid-19 drainait encore l’activité, et il est légèrement supérieur aux 514 millions de dollars que le mineur a récoltés en juillet.

Le sentiment dans le midstream de l’industrie du diamant reste positif, et cela se reflète dans nos ventes au cours de la vue n° 7“, a déclaré Bruce Cleaver, PDG de De Beers. “La demande de diamants bruts est le résultat d’une demande robuste de diamants taillés sur nos marchés clés, les États-Unis et la Chine.

L’optimisme du marché intermédiaire était évident lors du récent salon JCK de Las Vegas, qui “a été un succès bien qu’il se soit déroulé dans des conditions difficiles“, a ajouté M. Cleaver, faisant référence aux restrictions liées au virus et aux interdictions de voyager.

Le septième cycle de vente comprenait le produit de la dernière vue, qui a débuté le 23 août. De Beers a prolongé la durée des périodes de vue depuis le début de la pandémie, alors qu’elle devait se terminer le 27 août. Le total des ventes comprend donc les transactions qui ont eu lieu jusqu’au 7 septembre. Il comprend également le produit des ventes aux enchères.

La société a maintenu la stabilité des prix du brut pendant cette vue. Cela fait suite à cinq augmentations de prix au cours des huit mois entre décembre et juillet.

Les ventes de De Beers se sont redressées après la récession. Les revenus des diamants bruts ont plus que doublé en glissement annuel pour atteindre 3,55 milliards de dollars au cours des sept premiers cycles de 2021, contre 1,42 milliard de dollars pour la même période de 2020.

Alors que nous entrons dans une période traditionnellement plus creuse pour les ventes de diamants bruts, nous restons conscients des risques que la pandémie mondiale fait peser sur la reprise économique“, a noté M. Cleaver.