Image: HRD Anvers

Haute tension dans le monde du diamant anversois: le célèbre laboratoire de certification et centre de recherche HRD Anvers est en vente. La bataille se concentre sur deux candidats: IGI, détenue à 80 % par la société chinoise Fosun, et un groupe autour de Peter Meeus, ancien dirigeant du HRD.

Le commerce des diamants est frappé partout dans le monde. Anvers aussi, traditionnellement le “supermarché” du diamant, traverse une période mouvementée. Au cours des neuf premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires des diamants bruts a diminué de près de 30%, celui des pierres taillées d’environ 10%. Les causes? Il suffit de penser aux différends commerciaux entre les États-Unis et la Chine, à la grande agitation à Hong Kong (un important centre diamantaire) et à l’incertitude financière des marchands de diamants anversois. Malgré des promesses politiques, ils ne reçoivent pas de compte courant des banques. De plus, les diamants synthétiques ont fait reculer le fond du marché. Le prix des pierres moins chères a encore baissé, ce qui a un effet sur l’ensemble de la “chaîne”. Les diamants taillés ne sont pas d’une grande utilité pour les négociants. Pire encore: ils y perdent souvent.

Licenciements

HRD Anvers est en difficulté depuis plusieurs années. Les licenciements se sont succédés. Il était une fois, le laboratoire avait une part de marché mondiale de 10 %. Entre 1999 et 2005, le nombre de certificats (qui comprend la qualité de la coupe, le nombre de carats, la pureté et la couleur) a quadruplé, passant d’environ 60.000 à 240.000. Aujourd’hui, il n’en reste plus que quelques dizaines de milliers.

Ces dernières années, HRD Anvers a sollicité une aide financière auprès du Antwerp World Diamond Centre (AWDC), la société mère du secteur belge du diamant, qui chapeaute et est le porte-parole de l’industrie. A la fin de l’année dernière, AWDC a accordé un autre prêt de 4,6 millions d’euros à HRD, dont le capital est passé de 6 millions d’euros à 1,45 million d’euros en 2018. Peu à peu, il est devenu évident qu’AWDC était à la recherche d’un acheteur. L’été dernier, Dubaï, mais aussi l’IGI (International Gemological Institute) basé à Anvers, ont manifesté leur intérêt. Cette société, qui délivre également des certificats, est détenue à 80% par la société d’investissement chinoise Fosun. Cette société possède, entre autres, le club anglais de première division Wolverhampton et est plus ou moins le Warren Buffett Chinois (le superinvestisseur américain).

Focus sur l’Asie

La piste de Dubaï s’avère être fausse. C’est ce que dit Peter Meeus, qui a déménagé à Dubaï après son mandat de directeur général du Hoge Raad voor Diamant (1999-2005). Il est revenu et est devenu consultant. Mais le plus important, c’est qu’il se porte acquéreur de HRD Anvers avec un groupe de partenaires des Pays-Bas et de l’étranger. “Dans le but d’en faire à nouveau ce que c’était quand je suis parti. Nous avons développé une formule avec laquelle nous pouvons conquérir une part de marché conséquente. Nous nous concentrons sur l’Asie, mais pas sur Dubaï. J’ai longuement réfléchi à la question de savoir si je le ferais ou non. Même s’il est “tard” pour le secteur. Mais la marque ‘HRD Anvers’ a toujours une grande valeur. Je connais l’entreprise et l’industrie.

Meeus s’attend à une demande croissante de certificats. “C’est précisément la montée des diamants synthétiques qui est la raison d’y croire. Quiconque fait le commerce et achète des diamants naturels voudra un certificat.

Préoccupation

La question est maintenant de savoir si Meeus a une chance réaliste contre l’IGI contrôlée par Fosun. Bien qu’il n’y ait peut-être pas de consensus au sein du groupe de travail mis sur pied par l’AWDC, l’IGI semble être le favori. Myriam Dillen, doyenne honoraire de l’industrie du diamant, est inquiète. “Fosun dira qu’ils garderont le laboratoire à Anvers, mais je ne lis nulle part que cela arrivera au personnel actuel de la HRD. Supposons qu’ils commencent à travailler avec le certificat HRD chez IGI, et après ? J’espère qu’il s’agira d’un choix de bon sens. Le fait que la HRD ait mal fonctionné ces dernières années n’est pas dû au personnel.” Au début de cette année, HRD Anvers employait encore 95 personnes.

L’AWDC confirme qu’il existe un “nombre” de parties intéressées pour le DRH Anvers. “Nous travaillons intensivement pour trouver une solution.