Les diamants en question étaient des diamants cultivés en laboratoire ou des diamants naturels traités, mais portaient sur leurs bords des inscriptions faisant référence à des pierres naturelles ou non traitées.

Le mois dernier, le laboratoire de Johannesburg a découvert trois cas de moissanite synthétique qui se faisaient passer pour des diamants, tous avec de fausses inscriptions.

Dans les fraudes les plus récentes, les pierres “frauduleuses” étaient similaires aux originaux en termes de poids et de paramètres de classement et portaient leur numéro GIA.

Dans un exemple, le rapport portait sur un diamant soumis pour une mise à jour pour un diamant naturel de type I de 1,50362 carat, VVS2, E, avec une excellente taille.

La pierre nouvellement soumise avec une inscription forgée était un diamant artificiel, 1,51212 carats, VVS2, D, type IIa avec une très bonne taille.

Le GIA n’a pas dit où les pierres ont été présentées pour inspection, ni par qui.