Image : diaspora diamantaire – premier cimetière juif à Cuba

Que représente la diaspora diamantaire à La Havane? Lisez la suite et apprenez-en plus sur ce bout d’histoire des juifs d’Anvers.

Au cours des dernières années, de nombreuses publications sont apparues qui étaient liées à l’histoire des Juifs et de la ville d’Anvers. Le livre “1942. L’année du Silence”, du recteur de l’Université d’Anvers Herman van Goethem, récemment publié, est un exemple de ce type de publication. La version actualisée de “The Jews of Antwerp” (2018) de Ludo Abicht et l’autobiographique “Mazzel Tov. Ma vie d’étudiant travailleur dans une famille juive orthodoxe” de Margot Vanderstraeten (2017) ne sont que quelques exemples.

Avec son livre “The Diamond Diaspora. A hidden history between Antwerp and Havana”, Herman Portocarero explore un itinéraire oublié et donc inconnu dans l’histoire mouvementée du XXe siècle: la fuite transatlantique des Juifs d’Anvers vers Cuba avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. De nombreux migrants juifs considéraient l’île des Caraïbes principalement comme “l’Hôtel Cuba”, d’où ils poursuivaient leur voyage vers les États-Unis. Pour la plupart d’entre eux, cependant, cela restait un rêve.

Le livre commence par une scène d’ouverture prometteuse. Au cours d’une promenade dans le cimetière juif de Guanabacoa, une ville située à l’est de la capitale cubaine, La Havane, Portocarero découvre soudain une tombe portant le nom “Anvers” en caractères latins sous le texte hébreu. Sa curiosité est immédiatement éveillée et il enquête sur le lien entre sa ville natale, Anvers, et La Havane, où il a été ambassadeur de Belgique et plus tard également ambassadeur de l’Union européenne. Portocarero étudie ce lien à l’aide de 54 chapitres courts et bien écrits, dans lesquels il fait le lien entre la macro- et la micro-histoire. Il brosse un tableau général du grand mouvement de fuite des migrants juifs et le rend en même temps personnel en zoomant sur les histoires de quatre familles spécifiques. Ainsi, l’histoire prend un visage à travers la famille Schindelheim, la famille Fischler, la famille Rechtschaffen et la famille Rosshandler. L’accent est principalement mis sur cette dernière famille, car Portocarero lui-même est lié à sa fille Felicia. Il a fait sa connaissance lors d’une présentation à l’université de Columbia en 2015 et cite plusieurs fois des conversations et des correspondances qu’il a eues avec elle et ses frères. Il fait également référence à son roman autobiographique “Passing through Havana”.

Ce qui frappe dans la structure de l’histoire, c’est que les différents chapitres ne sont pas chronologiques, mais plutôt en accord thématique les uns avec les autres et contiennent de nombreuses digressions. Cela vaut tant pour les détails personnels de la vie des familles représentées que pour les facteurs politiques et économiques liés à l’industrie du diamant. De cette façon, la structure du livre semble refléter les recherches effectuées: Portocarero a peut-être découvert des informations morceau par morceau, qu’il a ensuite fragmentées dans son livre. Les différents chapitres peuvent donc être comparés à des pièces de puzzle, qui, après un certain travail de réflexion, représentent l’histoire de la diaspora diamantaire entre Anvers et La Havane.

Portocarero se concentre sur plusieurs sujets, tels que les différentes voies de fuite, le processus d’intégration, le début du commerce de diamants et les lieux de la ville où les différentes familles juives ont vécu. L’auteur reconstitue ces derniers sur la base de la “Liste de Leizer” – à noter ici l’analogie avec la plus célèbre “Liste de Schindler” – qui était tenue par un certain Leizer Ran dans les années 1941-1942. Guidé par cette liste, Portocarero a recherché les adresses des fugitifs d’Anvers.

Il met même un “point d’honneur à les rechercher s’ils existent encore et à en enregistrer des images”. C’est ainsi qu’est né “un plan secret d’une Havane juive perdue” et que l’auteur a en quelque sorte suivi les traces des citoyens juifs.

Là où les tendances antisémites associent les Juifs et les diamants à des questions de gros sous, l’auteur nuance la façon dont les diamants étaient une sorte d’assurance-vie pour les Juifs. Grâce à la vente de ces minuscules pierres de qualité, ils ont pu financer leur voyage et s’intégrer (économiquement) dans leur nouveau port d’attache sans trop d’efforts. En même temps, Portocarero attire l’attention sur le triste caractère de l’histoire du commerce de diamants établi à La Havane. Bien que les États-Unis aient été un marché important pour les diamants et qu’ils aient également encouragé cette industrie, ils l’ont fait par une tactique de diversion délibérée pour garder les réfugiés juifs à La Havane, afin de ne pas avoir à augmenter leurs propres quotas d’immigration restrictifs. Cette ligne de conduite a même été poursuivie en 1943, une période où l’on en savait de plus en plus sur l’Holocauste.

Portocarero ne se limite pas à l’histoire de l’une des périodes les plus noires du XXe siècle, mais traite également de celle qui suit la Seconde Guerre mondiale. Il explique par exemple comment, après la guerre, le commerce des diamants en général offrait moins de possibilités économiques, puisqu’à La Havane, il avait clairement fait partie de la politique migratoire des États-Unis pour ralentir l’immigration juive. En outre, Cuba est devenue communiste après la révolution et l’insécurité pour les migrants juifs s’est accrue. Ces développements ont également été l’une des raisons qui ont conduit à un nouvel “exode des Juifs de La Havane”. Le groupe de réfugiés juifs s’est à nouveau répandu dans le monde entier – New York et Anvers étaient des destinations finales importantes.

La monographie de Portocarero offre une histoire bien documentée de la diaspora diamantaire, qui est toujours d’actualité et traite de divers aspects. Elle fait sortir de l’ombre une partie sous-exposée de cette histoire, sans perdre de vue la voix de témoins spécifiques. Portocarero remporte ainsi avec son livre – comme il le dit lui-même – une “petite victoire sur l’indifférence et l’oubli”.