La reprise de De Beers a été alimentée par une demande “remarquablement forte” de diamants aux États-Unis.

La reprise la meilleure et la plus forte se trouve aux États-Unis, bien plus qu’en Chine“, dit-il. “La bonne nouvelle est que la catégorie des diamants naturels est remarquablement résiliente“.

M. Cleaver note que les produits de plus grande taille et de plus grande valeur se sont particulièrement bien comportés.

Il attribue ce rebond au plan de relance économique récemment approuvé, à un marketing efficace et au fait que les consommateurs ne dépensent pas en voyages. Mais il précise qu’il n’y a pas de corrélation parfaite pour ce dernier point, car les touristes chinois achètent souvent des bijoux lors de leurs voyages.

Certains acteurs du secteur craignent qu’une éventuelle reprise des voyages ne nuise à la demande de diamants, mais M. Cleaver ne pense pas que cela se produise de sitôt, compte tenu des inquiétudes suscitées par la variété COVID-19 Delta.

Pourtant, le marché se porte si bien qu’il provoque un peu de nervosité. Un examen récent du pipeline des diamants a révélé que dans l’industrie des pierres précieuses, “une bonne année ouvre toujours la voie à une sous-performance l’année suivante“. Certains mettent déjà en garde contre une “bulle du prix des diamants“.

Cleaver ne voit pas le cycle d’expansion et de ralentissement se produire cette fois-ci. Il a fait remarquer qu’il y a moins d’offre brute dans le pipeline, citant la fermeture d’Argyle et la fermeture prévue de plusieurs autres mines. “Les niveaux dans le secteur intermédiaire sont plus bas et plus équilibrés que ce que j’ai vu depuis longtemps“, ajoute-t-il.

Selon les résultats financiers annoncés ces jours-ci, le prix moyen par carat de De Beers a augmenté de 14% au cours du premier semestre de l’année. Mais ces augmentations de prix compensent largement les baisses de prix passées, a déclaré M. Cleaver, et les prix sont à peu près au même niveau qu’avant la pandémie.

De Beers a généré un chiffre d’affaires de 2,9 milliards de dollars pour les six premiers mois de 2021, soit plus du double des 1,2 milliard de dollars affichés pour la même période en 2020, alors que la majeure partie du monde était en confinement. L’EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts et dépréciation) sous-jacent pour la période s’est élevé à 610 millions de dollars au premier semestre 2021, contre un maigre 2 millions de dollars l’année précédente.

Sur d’autres sujets, Cleaver a déclaré :

– La stratégie “one De Beers“, qui regroupe Forevermark et De Beers Jewellers sous un même PDG, et le changement de marque de Forevermark en De Beers Forevermark, est un énorme projet qui prendra du temps, mais qui permettra finalement à la société de mieux utiliser ses dépenses publicitaires, dit-il. Il ajoute que les deux marques resteront “des entreprises différentes“.

Il affirme que Forevermark a connu une “bonne année” et que De Beers Jewellers a connu les “meilleurs six mois de son histoire” en Chine. La marque Lightbox, produite en laboratoire, a également connu une “bonne année” et maintenant que l’installation de production en Oregon est opérationnelle, Lightbox espère étendre sa distribution.

– Quant à l’adoption par Pandora de diamants cultivés en laboratoire, M. Cleaver estime qu’elle a fait l’objet d’une attention “disproportionnée“, étant donné le peu de pierres naturelles que Pandora utilisait auparavant, mais il ajoute qu’il s’agit d’une marque de mode “où nous nous attendons à ce que des diamants cultivés en laboratoire soient vendus“.

– Cleaver pense que De Beers “maximisera la valeur” de deux achats de diamants bleus qu’elle a récemment effectués avec Diacore.

Il faut beaucoup d’efforts pour vendre des diamants de ce type“, dit-il. “De telles opportunités sont très rares. Nous préférons vendre notre propre production, mais nous pensons qu’ils seront utiles“.

– Bien que M. Cleaver, qui vit à Londres, aimerait assister au salon JCK de Las Vegas à la fin du mois d’août, il ne peut actuellement pas le faire en raison des restrictions de voyage qui interdisent l’entrée dans le pays aux citoyens non américains. Toutefois, deux cadres de De Beers qui détiennent également des passeports américains – le vice-président exécutif Stephen Lussier et le directeur de la marque David Prager – seront présents. De Beers organisera son traditionnel petit-déjeuner du jeudi matin au salon Luxury by JCK le 26 août.

– Parallèlement aux résultats financiers, Anglo American, qui détient 85% de De Beers, a annoncé aujourd’hui qu’elle affectera 100 millions de dollars à la Fondation Anglo American pour la réalisation de divers projets. M. Cleaver a déclaré que De Beers prévoit de soumettre plusieurs demandes, notant que la société a déjà dépensé des fonds pour la distribution des vaccins COVID-19 aux pays producteurs d’Afrique australe.