De Grisogono a déposé son bilan peu après avoir été impliqué dans un prétendu scandale de blanchiment d’argent impliquant la fille de l’ancien président de l’Angola et son mari.

Selon les médias, le mari d’Isabel dos Santos, Sindika Dokolo, ainsi que la société nationale angolaise de commerce de diamants Sodiam, ont acheté une part du bijoutier de luxe suisse par l’intermédiaire d’une société basée à Malte. Plus de 150 millions de dollars d’argent angolais ont été investis dans De Grisogono, selon Bloomberg.

Le bijoutier a maintenant demandé la protection des créanciers après l’échec des négociations pour trouver un acheteur au cours des derniers mois. Si la protection est accordée, De Grisogono mènera une “procédure de licenciement collectif” dans laquelle les 65 employés du bureau suisse seront tous licenciés, a déclaré le bijoutier.

Sans le soutien financier des actionnaires actuels et sans un nouvel investisseur, la société ne peut malheureusement pas poursuivre ses activités“, a poursuivi De Grisogono.

Le 22 janvier, le procureur général de l’Angola a lancé une enquête sur dos Santos, tandis qu’un tribunal angolais a gelé les biens locaux d’elle et de son mari. Les procureurs ont affirmé qu’ils étaient complices de transactions illégales en Angola qui ont coûté au gouvernement 1,14 milliard de dollars, selon le rapport Bloomberg.

Dos Santos a déclaré que les informations la concernant faisaient partie d’une chasse aux sorcières politique visant à la discréditer, et elle a insisté sur le fait que sa fortune était le fruit de son propre travail.

Des rumeurs sur les liens du bijoutier avec dos Santos circulent sur les médias sociaux depuis octobre 2017. Le compte Instagram @degrisogonews a été créé spécialement pour attirer l’attention sur les pratiques douteuses de commerce de diamants attribuées à dos Santos et à son mari.

À la suite des “Luanda Leaks” rapportées par le New York Times et d’autres publications internationales, le marchand de pierres précieuses et explorateur Yianni Melas a révélé qu’il était propriétaire du compte Instagram le 20 janvier.

Melas a entamé une grève de la faim en novembre et décembre 2017 pour protester contre la vente de The Art of De Grisogono, Création I chez Christie’s Genève. Le collier contenait un diamant central de 163,41 carats, sans défaut de coloris D, provenant d’Angola.

Après l’annonce de la faillite de la maison suisse, Melas a déclaré : “Pendant ma grève de la faim, il y avait une photo de moi les mains en l’air sur l’Acropole parce que je savais qu’un jour cela arriverait“.

Je ressens une émotion mitigée; de la tristesse à l’idée qu’une grande marque associée à de beaux bijoux puisse perdre son nom, mais en même temps, le sentiment dominant est que je suis heureux parce qu’elle appartenait à quelqu’un qui ne le méritait pas. Et c’est aussi une leçon pour tous ceux qui s’occupent de marques qui ne sont pas bonnes, qu’au début elles sont belles et attrayantes, mais qu’à la fin, la justice règne“, a ajouté M. Melas.