Les acheteurs de diamants bruts s’attendent à une amélioration des ventes à la vue de De Beers la semaine prochaine, tandis que le minier retire les concessions qui permettaient aux clients de refuser des marchandises.

De Beers reviendra à ses règles habituelles limitant la capacité des “sightholders” de refuser ou de différer leurs allocations d’approvisionnement, selon les sources sur le marché brut. Ils ne pourront également revendre que 10 % de leurs achats à De Beers, par rapport à des montants plus importants ces derniers mois.

Beaucoup de [sightholders] ont essayé de repousser autant qu’ils le pouvaient plus tôt dans l’année jusqu’en décembre, de sorte que la vue de décembre pourrait en fait être légèrement plus grande que ce à quoi les gens s’attendent,” explique un courtier de brut. “C’est un retour aux dispositions initiales, qui sont d’offrir aux gens une possibilité de rachat de 10 %. Il n’y a plus de flexibilité supplémentaire.

A partir de juillet, De Beers a permis aux “sightholders” de reporter plus d’achats qu’à l’accoutumée jusqu’à la fin de l’année afin de réduire l’offre excédentaire de produits bruts et taillés dans le milieu du flux. À certaines vues, elle a pris la décision sans précédent de leur permettre de refuser 50 % des boîtes de diamants individuelles. Elle a également accepté de racheter jusqu’à 20 % du brut qu’elle a vendu, augmentant brièvement cette allocation en septembre à 30 % pour les plus grosses marchandises.

En décembre, De Beers n’autorisera aucun report et ne rachètera qu’un carat sur 10 qu’elle vend, et aucun de ses plus grosses marchandises, conformément à sa politique de défaut.

La vente, qui se déroule du lundi au vendredi au Botswana, s’inscrit dans un contexte d’optimisme accru sur le marché du diamant en prévision de la période des Fêtes. Un arrêt de trois semaines dans les usines de taille indiennes pendant la période de Diwali a contribué à une baisse des stocks de produits taillés, et certaines catégories sont maintenant en pénurie.

Les [fabricants] ont eu du temps libre et le marché s’est légèrement amélioré“, a fait remarquer un sightholder basé en Inde. “Ils vont essayer de relancer leur production.

Décision ITO (intention to offer)

La vente à venir est également la dernière occasion pour les acheteurs de prouver la demande avant la décision de De Beers sur l’approvisionnement que chaque client recevra en 2020. De Beers est en train de finaliser les allocations pour la nouvelle période d’intention to offer, ou ITO, qu’elle fonde sur les registres d’achats passés. Pour cette raison, il est peu probable que les clients rejettent plus de marchandises que nécessaire, a expliqué un autre sightholder.

J’ai l’impression que tout ce qui sera sur la table sera vendu“, dit-il. “Tout ce que vous allez donner en retour maintenant, risque de cause la recalculation de votre ITO. Ils ont aussi réduit les prix la dernière fois, donc je ne vois pas les gens refuser des produits dont le prix a été réduit la dernière fois.

Les “sightholders” s’attendent déjà à ce que la valeur de leurs allocations 2020 soit inférieure à celle de cette année en raison d’une baisse de la production de De Beers et d’une baisse des prix d’environ 5 % à la vue de novembre. Le minier prévoit une production d’environ 31 millions de carats pour 2019, soit une baisse de 12% par rapport à l’année dernière, et publiera ses prévisions pour 2020 le 23 janvier.