De Beers se lance dans un programme de suivi des diamants qu’elle fournit aux “sightholders“, car elle veut faire un meilleur usage de ses données et s’assurer que les clients créent de la valeur à partir des diamants bruts qu’ils leur achètent.

L’entreprise demandera aux fabricants des informations sur les produits finis taillés dans le cadre de son nouveau contrat de fourniture, qui prendra effet en avril. Cela permettra à De Beers de vérifier que les fabricants taillent les marchandises plutôt que de les revendre. Il permettra également la vérification à la source et donnera ainsi au mineur l’accès à des informations cruciales sur le marché.

Les “sightholders” pensent que De Beers demandera des détails sur les dimensions et les qualités des produits taillés. Le programme est actuellement en cours de réalisation et les détails ne sont pas encore finalisés.

Ce plan s’inscrit dans le cadre d’une plus grande valorisation du nouvel accord triennal. En vertu de ce contrat, qui court jusqu’en décembre 2023, moins de revendeurs qu’auparavant seront approvisionnés, car la société souhaite que le plus grand nombre possible de clients transforment les marchandises en pierres précieuses taillées commercialisables plutôt que de revendre le brut.

À cette fin, De Beers divisera les “sightholders” en trois catégories – fabricants, concessionnaires et détaillants – et proposera à chaque groupe une sélection personnalisée de brut. La procédure de candidature a été clôturée le mois dernier.

Ils veulent vérifier que les gens qui disent fabriquer des produits le font vraiment“, a déclaré cette semaine un initié du marché du brut. “Ils veulent aussi essayer de comprendre un peu mieux comment fonctionne ce processus de fabrication.

Une option serait que les clients fournissent volontairement ces données et reçoivent en retour des informations sur la manière dont le marché traite le brut de De Beers, a déclaré un “sightholder“, avertissant que les plans en étaient encore à un stade précoce. Les dirigeants de De Beers ont rencontré cette semaine des clients sélectionnés pendant la période de la vue de février pour discuter de la question.

Le nouveau contrat s’inscrit dans le prolongement des efforts de la société pour rendre le marché plus efficace et plus transparent et pour établir une relation de collaboration avec les “sightholders“, a déclaré Paul Rowley, vice-président exécutif de De Beers pour le commerce des diamants, dans une interview. Elle permettra également de s’assurer que “les bonnes marchandises arrivent dans les bonnes mains”, a-t-il déclaré.

Il ne s’agit pas de contrôler le système“, a assuré M. Rowley. “Il s’agit d’avoir une relation mature et saine. Il ne s’agit pas de vérifier toutes les pierres taillées qui sortent de la boîte. C’est une relation qui est également fondée sur la confiance“.

Ce plan est distinct de Tracr, le projet blockchain de De Beers. En novembre dernier, De Beers s’est engagée à enregistrer la majeure partie de sa production annuelle en valeur sur cette plate-forme d’ici 2030. Une grande partie du nouveau projet utilisera des systèmes de suivi que les fabricants ont déjà mis en place, a déclaré M. Rowley.

Ce n’est pas un logiciel qui entre dans le système“, a-t-il expliqué. “Tracr est clairement une plateforme qui peut le faire. Mais cela ne va pas s’appliquer à tous les produits. C’est vraiment pour les grandes marchandises“.

Alors que le précédent contrat était axé sur la conformité financière, l’industrie du diamant s’est améliorée dans ce domaine et les clients ont généralement pu réduire leurs dettes, a souligné M. Rowley. Le nouvel accord met davantage l’accent sur la transparence, a-t-il déclaré.

Nous sommes bien placés pour profiter pleinement de cette prochaine phase et travailler en étroite collaboration avec les différents clients de diverses manières“, a ajouté le directeur.