En Inde, sous le nom de Naturalmark, un nouveau projet a été lancé pour lutter contre les pierres synthétiques non divulguées. Il propose aux détaillants un dépistage et une inscription à faible coût en utilisant un modèle basé sur les sceaux d’or.

Naturalmark apposera des sceaux inviolables sur les emballages contenant des diamants en vrac, ainsi que des inscriptions au laser sur les bijoux finis, ce qui permettra une transparence au niveau du consommateur, a déclaré Gourav Sethi, de Surat.

Le programme Naturalmark, lancé en octobre, a reçu le soutien et le financement d’associations régionales de joaillerie en Inde, ainsi que d’une poignée de fabricants de diamants et de bijoux.

L’Inde sera le point de mire initial: Sethi a déjà conclu un accord de franchise avec un grand bijoutier non encore identifié qui lancera deux magasins sous le label Naturalmark à Mumbai et Jaipur, ne stockant que des diamants portant le label de vérification. Il a l’intention de s’étendre dans tout le pays grâce à des collaborations similaires et, à terme, également aux marchés étrangers.

L’initiative Naturalmark découle du coût du criblage de diamants synthétiques dans les bijoux montés, car les laboratoires internationaux n’offrent généralement ce service que dans le cadre d’un service de tri complet, a expliqué M. Sethi. Naturalmark contrôle les marchandises dans son propre laboratoire pour une somme bien moindre, en utilisant un équipement sur mesure d’un fabricant de machines allemand.

M. Sethi a comparé cette étape à l’introduction du poinçon d’or en Inde en 2000, avant laquelle il y avait une grande confusion limitant les ventes aux consommateurs, a-t-il dit. La transparence accrue pour les acheteurs de bijoux en diamant pourrait avoir un effet positif sur le marché similaire à celui du poinçon d’or, a-t-il ajouté.

Le projet Naturalmark intervient dans un contexte de demande accrue de pierre synthétiques sur le marché indien, avec le vote de la Bharat Diamond Bourse (BDB) de Mumbai la semaine dernière pour lever son interdiction de la catégorie. Les diamants cultivés en laboratoire représentaient moins de 1 % de la production totale de diamants taillés en Inde il y a cinq ans – lorsque le BDB a introduit son interdiction – contre près de 5 % aujourd’hui.

La décision du BDB “montre que le CVD a un avenir brillant“, a reconnu Sethi, en utilisant l’abréviation des diamants cultivés en laboratoire et créés par le processus de dépôt chimique en phase vapeur. “Mais j’aime personnellement les diamants naturels, et je fais la promotion des diamants naturels.