Le régulateur américain de la publicité a réprimandé le Natural Diamond Council (NDC) pour ses allégations environnementales, suite à une plainte de Diamond Foundry, un producteur de diamants fabriqués en laboratoire.

La National Advertising Division, qui fait partie de l’organisme d’autorégulation BBB National Programs, a demandé à la NDC de cesser d’utiliser certaines allégations comparant les pierres naturelles aux pierres synthétiques, a indiqué la NDC jeudi. Il a notamment été affirmé que les diamants produits en laboratoire émettaient trois fois plus de carbone que leurs homologues extraits des mines.

La recommandation tournait autour des affirmations publiées pour la première fois par la Diamond Producers Association (DPA) – le prédécesseur du NDC – dans un rapport de 2019 sur l’impact relatif des deux produits. Dans celui-ci, la DPA a estimé les émissions moyennes de dioxyde de carbone de ses membres à 160 kilogrammes par carat de diamant taillé, sur la base de données de 2016. En comparaison, les émissions sont de 511 kilogrammes par carat pour le matériau équivalent cultivé en laboratoire.

La NAD a déterminé que les preuves fournies par l’annonceur n’étaient pas suffisamment fiables pour soutenir ses allégations comparatives sur les émissions de carbone“, a-t-elle ajouté. “En outre, la NAD craignait que ces allégations ne véhiculent un message implicite plus large sur les avantages environnementaux globaux des diamants extraits par rapport aux diamants fabriqués par l’homme, un message qui n’était pas étayé.

Le NAD a également critiqué le langage soulignant la rareté croissante des diamants naturels, appelant le NDC à cesser de dire que les pierres extraites se raréfient de jour en jour.

Bien qu’il soit probable que les problèmes d’approvisionnement affectent un jour le marché de consommation des diamants naturels, la publicité contestée transmet de manière raisonnable le message que les consommateurs pourraient être évincés du marché du diamant à l’avenir et incapables d’acheter des diamants naturels, et qu’ils devraient donc agir maintenant“, poursuit la NAD.

La NAD a indiqué que le conseil avait accepté de suivre les recommandations et qu’il “adoptera les suggestions au fur et à mesure qu’il recueillera davantage de données pour étayer ses allégations publicitaires“.

Cet incident est le dernier rebondissement en date entre le secteur des produits naturels et celui des produits de laboratoire. Le mois dernier, le NDC s’est plaint à la NAD du marketing de Diamond Foundry, ce qui a incité l’organisme de surveillance à dire au fabricant de pierres précieuses synthétiques d’être plus clair sur la provenance de ses produits.