Selon un rapport du consultant en gestion Bain & Company, la vente de bijoux qui ont déjà appartenu à quelqu’un pourrait augmenter les revenus des marques et des entreprises de luxe de 20 % au cours de la prochaine décennie. Cela leur permettrait également de toucher un public plus large.

Parce que la revente permettra également aux entreprises de générer une demande supplémentaire pour de nouveaux articles, a indiqué Bain dans son rapport “A Vision of Sustainable Luxury“. Elle l’a publié mercredi en partenariat avec le spécialiste de la durabilité Positive Luxury. Les détaillants permettront aux consommateurs d’acheter de nouveaux articles grâce aux crédits qu’ils recevront en échange de leurs articles de luxe usagés.

Pour le rapport, Bain a réalisé une étude de cas d’une société fictive appelée LuxCo. Elle opère dans le domaine des marques de luxe en 2030. Elle a progressivement pris des mesures en faveur de la durabilité, notamment en proposant des articles d’occasion.

Entre 2021 et 2030, LuxCo a connu une croissance de la revente de 50 %, selon les projections de Bain. D’ici 2030, les reventes sont responsables de l’augmentation de 40% de la marge bénéficiaire d’un seul produit. Le revenu par produit augmente de 65%, ajoute Bain.

Plus de conseils pour les marques de luxe

Dans le domaine du luxe, la décennie de la durabilité est en cours. La génération Z, née entre le milieu des années 1990 et le début des années 2010, est en train de devenir une cohorte d’adultes qui récompensera les marques ayant un impact positif sur l’environnement et la société. Ils se détourneront des marques qui agissent à l’inverse. De nombreux consommateurs plus âgés s’orientent progressivement dans la même direction. Parallèlement, les chocs mondiaux provoqués par Covid-19 augmentent la pression sur les entreprises et les gouvernements pour qu’ils soient plus durables.

Les marques de luxe ressentent le choc. Bien que nombre d’entre elles aient publié de fortes déclarations d’intention, dans le but de devenir des moteurs du changement en matière de durabilité, et non des adeptes tardifs. Les dix prochaines années seront consacrées à la réalisation de ces promesses. Mais les équipes dirigeantes sont confrontées à un énorme défi. D’une part, déterminer les actions nécessaires pour atteindre cet objectif à long terme de commerce durable et rentable. Dans le même temps, il s’agit de positionner l’entreprise pour une reprise immédiate après la crise.

Cinq évolutions stratégiques ont été déterminantes pour l’émergence de ce champion fictif (mais très plausible) de la durabilité. LuxCo a redéfini l’objectif de sa marque, a découplé la croissance du volume, a rendu sa chaîne d’approvisionnement totalement transparente et traçable, a maximisé ses engagements environnementaux et sociaux et a audacieusement créé de la valeur économique grâce à la durabilité.