Image : Mine de Karowe au crépuscule – Lucara Diamonds

Nous écrivons un chapitre de l’histoire“, déclare HB Antwerp. Dans leurs bureaux du quartier diamantaire d’Anvers, le troisième plus gros diamant brut jamais produit a été livré en début de semaine. Il a été déterré dans la mine de Karowe, au Botswana. Il s’agit d’une pierre unique de 1.174 carats, alors qu’elle faisait à l’origine 2.500 carats. Le diamant est à Anvers pour analyse. Avant d’être taillé, il partira en tournée.

Cela semble être un lundi matin normal dans la Hoveniersstraat. Il y a pourtant une foule internationale. Entre les gens, trois gardes de sécurité armés marchent. Celui du milieu porte une petite valise en plastique noire très solide. Ils entrent dans les bureaux de HB Anvers.

A l’intérieur de la mallette se trouve le troisième plus gros diamant de tous les temps. Il pèse pas moins de 1.174 carats, soit 234,8 grammes.
Trois hommes, les trois associés de HB Antwerp, sont prêts à partir. Cette société diamantaire a rendez-vous avec Lucara, une société canadienne qui exploite la mine de Karowe au Botswana. Depuis plusieurs années, cette mine fournit des pierres de taille remarquable.

Antwerp world center

Plusieurs pierres précieuses provenant de la mine sont déjà parvenues à la société HB Antwerp. Pas plus tard que l’année dernière, le Sewêlo, avec ses 1.758 carats, est le plus gros diamant brut restant au monde. “Nous jouons ici dans la Ligue des champions“, déclare Margaux Donckier, porte-parole. “Nulle part ailleurs on ne dispose de l’équipement nécessaire pour analyser et tailler les plus gros diamants du monde“.

Le moment est alors venu. Un sac en plastique transparent est ouvert, contenant une boîte et un bordereau de livraison. Le directeur des opérations de HB Antwerp, Boaz Lev, vérifie méticuleusement le reçu. Il signe, ouvre la boîte et aperçoit cinq sacs individuels, contenant des pierres visiblement de grande taille.

La plus grosse pierre est sortie en premier. Environ un mois et demi après avoir été extraite, elle n’a toujours pas de nom et son extérieur est d’un noir terne. Une lampe LED brillante est placée contre la pierre. Immédiatement, la pierre s’illumine. La couleur noire est due aux restes de la roche, la kimberlite de la mine.

Une pierre exceptionnelle

C’est vraiment très excitant. C’est réellement une pierre exceptionnelle“, déclare Rafael Papismedov, même un peu froidement. “Très peu de diamantaires, qui travaillent depuis des générations, ont déjà vu une pierre comme celle-ci. Une très grande partie de la pierre est extrêmement blanche. Le noir projette encore une ombre“.

En comparaison, le Cullinan d’Afrique du Sud était autrefois le plus gros diamant du monde, représentant 3.106,75 carats (621,35 grammes). Il a été décomposé en pierres plus petites. Certaines ont été intégrées aux joyaux de la couronne britannique.

En 2016, le Lesedi La Rona (1.111 carats) est également arrivé à Anvers en provenance de la mine de Karowe. Cette pierre a été vendue pour environ 45 millions d’euros. Quelle est la valeur de cette pierre? “C’est difficile à dire. Quelques millions ou des dizaines de millions? Nous espérons la dernière hypothèse, bien sûr“, déclare M. Papismedov. “Nous ne le saurons que lorsque nous aurons très bien analysé la pierre. Si nous pouvons en extraire deux cents pierres d’un carat, ce n’est pas grand-chose. Si on peut extraire quelques très grosses pierres, alors la valeur est exponentiellement plus grande.”

Une mine abandonnée se révèle être une super mine

Les cinq sacs contiennent en fait la pierre complète, qui s’est brisée en morceaux pendant la production. “À l’origine, le diamant faisait environ 2.400 carats. Lucara a beau avoir les techniques les plus modernes au monde pour utiliser le scanner à rayons X afin d’épargner la pierre autant que possible pendant le processus de concassage, en raison de la taille de la pierre, elle reste très fragile et il arrive donc que des parties se détachent.

Rappelez-vous, avant que Lucara n’achète la mine de Karowe, elle était pratiquement abandonnée. A l’époque, les pierres étaient encore broyées en petits morceaux. La dernière technique permet de conserver la majeure partie de la pierre, ce qui permet de trouver davantage de pierres exceptionnelles“, explique M. Papismedov.

Tournée

La pierre sera certainement taillée. Pour cela, elle doit d’abord être analysée pendant quatre à six mois. La taille est prévu pour le début de l’année prochaine au plus tôt. En attendant, la pierre part – oui – en tournée. Une première étape à New York a déjà été fixée. Un certain nombre d’acheteurs potentiels exclusifs auront l’occasion de voir la pierre. Car c’est aussi le marketing qui détermine le prix des diamants, conviennent les partenaires.