Les ventes et la production de De Beers se sont redressées au troisième trimestre, tandis que l’approche de la période de Noël a relancé le marché du diamant après des mois de stagnation des ventes.

Les ventes de brut se sont élevées à 6,6 millions de carats au cours des trois mois se terminant le 30 septembre, soit une forte augmentation de 300.000 carats au deuxième trimestre.

Bien que le volume des ventes ait diminué de 11 % d’une année sur l’autre, cette amélioration reflète le rebond de la demande des fabricants de diamants qui cherchent à combler les manques. Le marché a également bénéficié de l’assouplissement des restrictions de Covid-19 dans les centres de taille et sur les marchés de consommation.

“Nous avons constaté … une amélioration encourageante de la demande de diamants bruts à l’approche de la fin de l’année, bien qu’il y ait encore une certaine incertitude quant au timing d’une reprise durable”, a noté Anglo American.

En termes de valeur, les ventes approximatives de De Beers ont augmenté de 10 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 917 millions de dollars pour les trois vues qui ont eu lieu au cours du troisième trimestre. Les ventes ont légèrement repris en juillet et se sont encore renforcées lorsque De Beers a baissé les prix en août et septembre. Cela faisait suite à un effondrement sans précédent de 96 % au deuxième trimestre, lorsque l’industrie mondiale a été paralysée par le Covid-19.

La production a chuté de 4 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 7,2 millions de carats au troisième trimestre, le minier ayant aligné sa production sur la demande et ayant continué à prendre des mesures de distanciation sociale dans ses activités. Cependant, le chiffre était plus du double des 3,5 millions de carats qu’elle a obtenus au deuxième trimestre.

De Beers a maintenu ses prévisions de production de 25 à 27 millions de carats pour l’année entière, sous réserve des perturbations de Covid-19 et de l’ampleur d’une reprise de la demande.